top of page

Homélie du 5ème dimanche de Pâques

Dernière mise à jour : 17 mai 2022

Avec les beaux jours viennent le temps des grillades familiales et des pique-niques entre amis. A la paroisse des Olives-Croix Rouge, nous expérimentons des « dimanches en fête » temps conviviaux comme la semaine dernière où nous avons pu partager un bon pique-nique au soleil dans la cour du presbytère après la messe.

Il me semble que ces moments ne sont pas qu’accessoires dans notre foi, mais en constituent au contraire un pilier, un élément fondamental. Considérons que l’enjeu est tout simplement la crédibilité de notre foi, comme Jésus nous le dit « c’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on vous reconnaîtra pour mes disciples » ( Jn13, 35). Il ne nous dit pas d’aimer en théorie tout le monde, mais concrètement celui qui nous est proche.

Et nous savons que cela ne va pas de soi. La relation entre les apôtres n’a pas toujours été évidente non plus, et nous connaissons quelques disputes entre eux qui nous sont rapportées dans les Evangiles, sur le choix de la première place par exemple.

Cependant cette fraternité est devenue la caractéristique principale du mode de relation des apôtres après la Pentecôte « ceux qui avaient accueilli la Parole étaient assidus à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières ». En effet elle est le fruit de l’Esprit Saint, qui renouvelle toute chose. Dans la 2nde lecture de ce dimanche, Jean voit la nouvelle Jérusalem descendre du ciel, comme une société transfigurée : « je fais toute chose nouvelle » dit le Christ.

Jésus veut donc renouveler nos relations paroissiales afin qu’elles soient signes sa présence en devenant Fraternité.

Au début du christianisme, l’Eglise était désignée par le mot grec : Adelphotès qui désigne la « communauté des frères », l’ensemble constitué par les frères et sœurs ». Mot spécifiquement chrétien, qui n’a jamais été utilisé par les religions ou philosophies préchrétiennes, différent du mot Philadelphia qui désigne, quant à lui, l’amour des frères. Ces deux mots ont été traduits par le même mot latin fraternitas, avec le risque de croire que la fraternité chrétienne est un sentiment, alors qu’elle désigne d’abord l’Eglise, une réalité vécue, née du don de l’Esprit. La Fraternité chrétienne précède le sentiment. C’est dans la mesure où nous avons un même Père et un même Frère le Christ, qui nous donne un même Esprit que la Fraternité chrétienne existe.

Cette Fraternité est le fruit d’un cheminement avec le Christ et peut être laborieuse. Pour la vivre il est important d'en comprendre quelques caractéristiques :

- La bienveillance Ga 5, 22 : « voici le fruit de l’esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité ». Avoir un regard positif, sans jugement, sans apriori, sans critiques acerbes.

- La vérité « amour et vérité se rencontrent » (Ps 85, 11) : partager en vérité ses joies, ses blessures, ses échecs, faiblesses. Oser se parler, exprimer ses récriminations de vive voix, et pas par mail ou sms.

- La confidentialité, un engagement à garder pour soi ce qui est confié.

- La réciprocité « aimez vous les uns les autres » (Jn 13, 34) chacun donne et reçoit, chacun veille sur les autres et les encourage.

- La compassion « portez les fardeaux les uns des autres » (Ga 6,2). Il s’agit se laisser toucher par ce que vivent les autres et agir en conséquence, se faire proche et s’engager pour l’autre.

Nous voyons dans la 1ère lecture comment St Paul était proche des communautés et amical avec ses membres, soucieux du bien de chacun , les encourageant sans cesse.

- La miséricorde et le pardon « le Seigneur vous a pardonnés, faites de même » (Col 3, 13) ; Le Saint Esprit nous conduit à accueillir le pardon pour nous même mais aussi à pardonner pour ceux qui nous ont blessés. l’Eglise doit être le lieu où chacun peut se sentir accueilli, aimé, pardonné.


Voilà le but de la messe : constituer une communauté, tisser des liens d’amitié avec des personnes que l’on n’a pas choisies, comme dans une famille. Alors ce mode de vie pourra déteindre sur le monde.

Demandons au Seigneur son esprit pour que nous puissions persévérer et continuer à grandir ensemble selon sa volonté.

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page